Rencontres des Musiques du Monde – samedi 17 juin 2017

Faada Freddy est la sensation du moment ! Partout où il passe, Faada Freddy enchante tout le monde avec sa personnalité généreuse et surtout sa voix exceptionnelle. Sa musique faite sans autre instrument que la voix et les percussions corporelles est un subtil mélange des harmonies vocales d’un Bobby McFerrin et de mélodies pop avec un timbre de voix Soul à la Otis Redding.
Issu d’un des groupes de rap les plus connus
d’Afrique (Daara J), ce vocalise hors-norme, a surpris bon nombre d’observateurs avec son premier son premier album Gospel Journey, sorti début 2015.
Il invite le groupe Angel’s Family pour une collaboration spéciale à l’occasion des Rencontres des musiques du monde.

Concert Faada Freddy & invités
Samedi 17 juin, IFH, 7hpm

Rencontres des musiques du monde – vendredi 16 juin 2017

Fille d’un père luthier, pianiste et chanteuse, Donaldzie enregistre le succès « mwen renmen ou » en 2007 avec le groupe Vwalib. Elle prête aussi sa voix à d’autres projets, comme « Haïti coeur de femme » des Productions Yole Dérose, ou « Vwalye » de Tamise.
Donaldzie a participé aux stages de l’Académie
d’été (AKDT) de Librement en Belgique en 2012. Elle s’est déjà produite sur scène dans plusieurs villes en Haïti, aux USA, dans la Caraïbe et en Europe. Le 10 mai dernier, elle a participé au concert d’Oxo Puccini à l’IFH dans le cadre du festival de la coopération Union Européenne-Haïti.

Concert Donaldzie Théodore + Faada Freddy & invités
Vendredi 16 juin, FOKAL, 6hpm

Troisième édition des Rencontres des Musiques du Monde du 16 au 24 juin 2017

Du vendredi 16 au samedi 24 juin 2017, Tamise en collaboration avec Caracoli présente la troisième édition des « Rencontres des musiques du monde » autour de la Fête de la Musique.

Cet événement unique en Haïti, réunit des artistes locaux mais aussi de la Caraïbe (Ste Lucie), de l’Europe (Belgique, France), de l’Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire) et de l’Amérique du Nord (USA). Ateliers, rencontres, projections et concerts se succèdent durant 10 jours dans les différents lieux partenaires : FOKAL et Institut Français en Haïti. Cette édition sera également l’occasion de célébrer les 20 ans de l’accord de coopération entre les Gouvernements de Wallonie Bruxelles et la République d’Haïti.

Cette année, le festival fait également partie du Grand Tour lancé par l’Organisation Internationale de la Francophonie à Paris, qui rassemble sous un label unique 100 grands événements sélectionnés sur les cinq continents, afin de révéler et d’illustrer la richesse, la diversité et la vitalité de la francophonie culturelle.

Les « Rencontres des musiques du monde » suivent chaque année une double préoccupation : la promotion des musiques actuelles liées aux musiques traditionnelles, et la réflexion sur le marché des musiques du monde, notamment des musiques caribéennes. Gary Lubin, directeur du festival, estime que pour 2017, « les Rencontres se rapprochent un peu plus de leurs objectifs, en présentant trois concerts issus de collaboration entre artistes haïtiens et invités internationaux, en l’occurrence Faada Freddy, Fabian Beghin et Richard Payne. » « Cette nouvelle édition des Rencontres est donc bien un carrefour de partage et de création » conclut-il.

Ainsi, Tamise marque sa volonté de maintenir la culture haïtienne vivante, en lui permettant d’échanger avec des artistes venus d’ailleurs, en partageant leur histoire dans le respect des diversités culturelles.

Réalisées en partenariat avec l’Institut Français en Haïti et la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), les « Rencontres des musiques du monde » bénéficient du soutien des institutions suivantes : Ministère de la Culture et de la Communication, Organisation Internationale de la Francophonie, Ambassade de Suisse en Haïti, Wallonie-Bruxelles International, Ambassade de France en Haïti, Institut Français à Paris et délégation générale des Alliances Françaises en Haïti, Union européenne à travers le PEC et Air Caraïbes.

Sur le net:
– Grand Tour 2017: Rencontres des Musiques du monde
– Haitilibre.com : 3ème édition du festival Rencontres des musiques du monde
– RFI: Avec Livres en folie et les rencontres des musiques du monde
– Metropolehaiti.com: Rencontres des Musiques du monde, du vendredi 16 au samedi 24 juin 2017
– Loophaiti.com: Faada Freddy, l’âme d’une soul généreuse
– Le National:

Donaldzie Théodore et Faada Freddy en ouverture de la 3e édition des Rencontres des musiques du monde


– Le Nouvelliste: Faada Freddy enflamme l’Institut français en Haïti
– Loophaiti.com: Paul Beaubrun, l’énergie du rock
– Le Nouvelliste: Pour célébrer la fête de la musique
– Loophaiti.com: Leyla McCalla entre bayou folk, cajun et traditionnels haïtiens
– Le Nouvelliste: Quand l’Amérique et l’Afrique se croisent à la FOKAL
– Le National:

Le groupe Delgrès, moments intenses à l’IFH


– Le Nouvelliste: Leila McCalla et Degrés au Festival Rencontres des musiques du monde
– Le Nouvelliste:Petit moment d’amour avec Emeline Michel à l’IFH
– Le Nouvelliste:Emeline Michel orchestre la fin des Rencontres des musiques du monde
– Loophaiti.com: La chanteuse haïtienne la plus adulée de ce siècle
– Le National:

Emeline Michel clôture en beauté le festival des Rencontres des musiques du monde

Ayiti Mizik clôture le projet de « cartographie de l’industrie haïtienne de la musique » avec une table ronde nationale

L’association haïtienne des professionnels de la musique a gagné en 2015 l’appel à proposition du fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO grâce auquel elle a pu, avec le soutien d’autres partenaires financiers et opérationnels, mener à bien le projet de cartographie de l’industrie haïtienne de la musique pendant plus d’un an, d’avril 2016 à juin 2017.

Afin de recueillir des données quantitatives, le projet comportait la mise en oeuvre d’enquêtes de terrain menées dans 6 départements du pays (l’Artibonite, le Centre, le Nord, l’Ouest, le Sud et le Sud-Est, ainsi que la diaspora grâce à un questionnaire en ligne). Au total, 1520 professionnels pratiquant 35 métiers différents ont été enquêtés. En complément, 7 focus groups ont été réalisés en vue d’obtenir des données plus qualitatives sur le secteur. Parallèlement, une série d’entrevues avec un dizaine de personnes-ressources ont permis de réunir des informations spécifiques. Aujourd’hui, le secteur possède donc une base de données chiffrées et des informations détaillées qui pourront servir de fondement pour un travail à long terme.

A partir des résultats des enquêtes et des focus groups, la table ronde de ce jour vise à interroger plus précisément les professionnels du secteur (dont une trentaine vient de la province) pour obtenir leurs recommandations sur différents points comme le statut des professionnels du secteur, la création, la diffusion des œuvres, le droit d’auteur et la mobilisation du secteur. Ces recommandations seront intégrées dans le rapport final qui permettra une meilleure connaissance de la chaîne de valeur de l’industrie musicale, une meilleure prise en compte de ses spécificités par l’Etat et une (re)valorisation du secteur dans son ensemble.

Les recommandations s’adressent aussi bien aux acteurs du secteur qu’à l’Etat, à court, moyen et long terme. Il peut s’agir par exemple de la création d’antennes d’Ayiti Mizik en province ou de l’instauration de bourses ou de prix de reconnaissance (award) par les acteurs de l’industrie de la musique, mais aussi de la révision du décret-loi portant sur le droit d’auteur, de la construction de salles de spectacles adaptées ou encore du lobbying en faveur de l’éducation musicale et de la formation des jeunes professionnels.

Le rapport final en tant que tel, un document de 120 pages, sera imprimé et distribué d’ici la fin du mois de juin. Une version électronique sera également disponible et accessible sur le site de l’association www.ayitimizik.net.

Outre la subvention du fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO, le projet de cartographie de l’industrie haïtienne de la musique a reçu le soutien financier de partenaires-clefs tels que l’Organisation Internationale de la Francophonie, l’Ambassade de Suisse en Haïti, la FOKAL et la Fondation Lucienne Deschamps. Il a bénéficié du soutien opérationnel du Ministère de la Culture et de la Communication, du Ministère du Tourisme et des Industries créatives, du Centre de Facilitation des Investissements, de l’Institut Français et le réseau des Alliances Françaises en Haïti, du Nouvelliste et de Radio Télé Métropole.

Sur le net:
– Le Nouvelliste: Cartographie de l’industrie haïtienne de la musique : un outil de gouvernance pour les décideurs
– Le Nouvelliste: Table ronde sur la cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Haïti Libre: Cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Métropolehaiti.com: Clôture du projet de cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Francophonie.org: Une table ronde de professionnels pour clôturer l’étude sur la cartographie de l’industrie de la musique haïtienne
– Loophaiti.com: http://www.loophaiti.com/content/quels-sont-les-besoins-de-lindustrie-musicale-haitienne
– RFI, Koze kilti: Cartographie de l’industrie haïtienne de la musique

Caracoli et la bande à pied Follow Jah accueillent les musiciens belges de la Nouvelle Flibuste

Du 4 au 18 avril prochain, Caracoli et la bande à pied Follow Jah accueilleront la fanfare belge La Nouvelle Flibuste pour des échanges culturels et des prestations communes dans quatre villes du pays : Pétion-ville, Léogane, Jacmel et Peredo.

Les deux groupes se sont rencontrés pour la première fois en 2015, au quartier général de Follow Jah, à l’occasion d’une soirée mémorable qui clôturait le séjour en Haïti de la Nouvelle Flibuste, invitée par le Ministère du Tourisme et la Mairie de Jacmel à participer au Carnaval de cette ville.

L’année suivante, les deux groupes se sont retrouvés en Belgique : la Nouvelle Flibuste a profité d’une tournée européenne de la bande à pied Follow Jah pour l’inviter à prendre part à la Zinneke Parade, manifestation participative mêlant artistes professionnels et population de Bruxelles. Cette deuxième rencontre a permis de nouvelles expériences de fusion entre les répertoires et l’instrumentation des deux groupes, grâce notamment au concept de la saxine, adaptation de la vaksin traditionnelle du rara au big band de la Nouvelle Flibuste.

Pour cette troisième rencontre, les deux groupes partiront à la découverte des rara de Pétion-ville à Peredo. Ils approfondiront leur collaboration musicale qu’ils pourront donner à voir lors de prestations publiques, notamment le jeudi 6 avril à Pétion-ville ou encore le mercredi 12 avril à Jacmel. Ils passeront quelques jours avec l’Union des rara de Léogane, puis ils participeront aux défilés des rara de Peredo. En parallèle, ils réaliseront des activités pédagogiques auprès des enfants de Berthé, des élèves de l’école de musique Dessaix Baptiste ou encore des écoles de Peredo.

La tournée conjointe de la bande à pied Follow Jah et de la fanfare belge La Nouvelle Flibuste bénéficie du soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de la Coopération suisse en Haïti et de la FOKAL et du sponsoring de Don Poyo et de la compagnie du Rhum Barbancourt.

Créée en 2001, la bande à pied Follow Jah évolue à Pétion-ville, à l’occasion du Carnaval et autres fêtes communautaires. A partir de 2010, elle a commencé à diversifier ses activités, encadrée par l’association Caracoli : elle a réalisé de nombreuses animations, notamment pour le Festival international de jazz de Port-au-Prince et créé un répertoire spécifique pour la scène qu’elle a présenté en Haïti et à l’étranger. Elle a collaboré avec de multiples artistes locaux et internationaux, parmi lesquels la chanteuse Emeline Michel, le DJ malien Mo DJ ou encore le pianiste français Laurent de Wilde. Elle a créé un atelier pédagogique autour de la musique du rara et des bandes à pied qu’elle diffuse régulièrement.

Depuis 1998, la Nouvelle Flibuste (www.nouvelle-flibuste.org), sous la direction du chef d’orchestre et compositeur Michel Kazungu, se propose de combler un espace vacant dans le paysage culturel belge, à savoir celui qu’occupent ces grands événements populaires où les artistes et la population développent une culture commune, où les habitants se réapproprient pour un temps l’espace public par la pratique des arts, où les classes d’âge et, dans une certaine mesure, les classes sociales, se rencontrent, où s’estompent les distinctions entre amateurs et professionnels, etc. En l’absence d’une tradition locale forte à Bruxelles, les modèles adoptés sont ceux des grandes traditions afro-américaines : comparsas cubaines, second lines de New Orleans, et bann a pye haïtiennes.

Sur le net:
– Loophaiti.com: Follow Jah et la Nouvelle Flibuste: Haïti et la Belgique se rencontrent
– Haitiinfoplus.com: Follow Jah accueille « La Nouvelle Flibuste » du 4 au 18 avril 2017
– IciHaïti : Follow Jah et la Nouvelle Flibuste en spectacles
– Le Nouvelliste: La Nouvelle Flibuste belge et Follow Jah pour la saison des rara en Haïti

La bande à pied Follow Jah au festival IloJazz de Guadeloupe

followjahguadeloupe6-12 La bande à pied Follow Jah partira ce lundi 5 décembre pour la Guadeloupe afin de participer à la 7ème édition du festival IloJazz.

Prolongement de l’ancien festival « Jazz à Pointe-à-Pitre », le Festival ÎloJazz – Carrefour des musiques créoles existe depuis 2009. Il est porté par la communauté d’agglomération des Abymes, de Baie-Mahault et de Pointe-à- Pitre dans le but d’accompagner et de valoriser les pratiques des artistes professionnels guadeloupéens, tout en favorisant le développement des pratiques amateurs. Il offre la possibilité de découvrir les différentes composantes du jazz avec une scène riche, composée d’artistes américains, européens ou africains, mais aussi caribéens : Caribbean Jazz, jazz, Funk, Groove, Gospel, Jazz créole, Afrobeat, hip hop, New Soul, etc.

Cette année, parmi de nombreux artistes internationaux, le festival IloJazz invite la bande à pied Follow Jah pour assurer le défilé du centre de Pointe-à-Pitre (place de la Victoire) aux Quartiers Sud-Est parallèlement à la soirée Karabé Akoustik Jazz au Mémorial ACTe, le mardi 6 décembre.

Le lendemain, les musiciens rencontreront des élèves des écoles de Pointe-à-Pitre en partenariat avec le Réseau Lecture publique et Multimédia de Cap Excellence.

Enfin, ce court séjour en Guadeloupe sera également l’occasion de rencontrer des groupes de Carnaval et d’autres artistes locaux.

Sur le net:
– Icihaiti.com: Follow Jah à l’honneur au festival IloJazz
– Le Nouvelliste: Follow Jah à la 8e édition du festival Îlojazz
– Haitiinfoplus: La bande à pied Follow Jah au festival IloJazz