Bande à pied Follow Jah

photo Andréa Ruffini

Héritée de la tradition du rara, qualifiée par l’UNESCO de « première tradition native d’Haïti », la bande à pied est proprement une fanfare ou marching band. A des époques précises de l’année, notamment pour Carnaval, les musiciens se réunissent dans leur quartier général, rapidement rejoints par voisins et sympathisants. Ils s’élancent alors tous ensemble à travers les rues, dans un défilé qui grossit au fur et à mesure de leur parcours. Hommes, femmes et enfants de tous âges les suivent, attirés par le son distinctif des tubes de bambou dits vaksin, des cornets de fer blanc, du tambour et de la caisse claire, augmentés de multiples percussions mineures comme autant d’épices : racloirs, cymbales et autres hochets. Ils marchent en dansant jusqu’aux petites heures du matin, en entonnant des chants tirés du répertoire traditionnel ou des refrains à la mode, inspirés de l’actualité socio-politique, ou encore des frasques d’un personnage public.

Créée en février 2001, la bande à pied Follow Jah évolue à Pétion-ville, périphérie de Port-au-Prince, à l’occasion du Carnaval et autres fêtes traditionnelles et communautaires. Depuis 2010, elle a commencé à diversifier ses activités en multipliant les expériences, encadrée par l’association Caracoli. Elle a participé au programme d’éducation par les arts de l’UNICEF pour la promotion de l’hygiène dans les camps de déplacés après le tremblement de terre de 2010. Elle a monté un répertoire spécifique pour la scène, porté par six musiciens, qui lui permet désormais de fonctionner avec plusieurs formats : 6, 9-10 ou groupe entier de 18 musiciens, chanteurs et danseuses. Elle a ainsi participé au Festival Africolor de Paris (2012) en formule réduite. Depuis 2012, Follow Jah anime aussi les soirées du Festival International de Jazz de Port-au-Prince. En 2014, à cette occasion, elle a présenté une création avec le saxophoniste de jazz américain Paul Austerlitz. Elle a également collaboré avec le DJ malien Mo DJ. En 2014, elle a élaboré un atelier de présentation du rara et des bandes à pied conçu spécifiquement pour le jeune public qu’elle a présenté dans plusieurs écoles de musique en Haïti, en collaboration avec l’école de musique de Sainte Trinité. En 2015, elle a présenté un spectacle pour la scène avec 10 musiciens dans le cadre des premières Rencontres des Musiques du Monde à Port-au-Prince.En 2016, elle a réalisé sa première tournée européenne, en Belgique, France (Jazz sous les Pommiers) et Pays-Bas (Music Meeting).

La bande à pied comporte un ensemble de 18 membres répartis de la sorte : 1 chanteur, 2 bambous, 6 cornets, 1 tambour, 1 caisse claire, 1 tom, 1 racloir métallique, 1 kwachi (hochet), 1 cymbale, 3 danseuses. Dans les versions réduites de 6 ou 9-10, qui peuvent servir pour la scène et les animations, les musiciens jouent de plusieurs instruments à la fois.

photo Andréa Ruffini


Inherited from the tradition of rara, described by UNESCO as « first Haitian native tradition », the « bande à pied » (bann apye in creole) is properly a marching band. At specific times of the year, especially Carnival, musicians get together at their headquarter, joined by neighbors and supporters. Then they all rush through the streets in a parade that grows little by little. Men, women and children of all ages follow them, attracted by the distinctive sound of bamboo tubes called vaksin, tin horns, drum and snares, plus multiple minor percussions as much spices, scrapers, cymbals and other shakers. They walk and dance until the early morning, singing songs from the traditional repertoire or tunes in fashion, inspired by the socio-political news, or the escapades of a public figure.

Founded in February 2001, the bann apye Follow Jah evolves in Petion-ville, outskirts of Port of Prince, during Carnival and other traditional and communitary celebrations. Since 2010, she began to diversify their activities with Caracoli association. They participated in the educationational program by the arts with UNICEF, promoting hygiene in the refugees camps after 2010 earthquake. They set up a specific repertoire for the stage, carried by six musicians, which now allows them to work with different formats: 6, 9-10, or entire group of 18 musicians, singers and dancers. They participated in Africolor Festival in Paris (2012) with the reduced format. For three years, Follow Jah has been entertaining the International Jazz Festival of Port of Prince. In 2014, on this occasion, they presented a creation with the American jazz saxophonist Paul Austerlitz. They also collaborated with DJ Mo from Mali. In 2014, they developed a workshop about rara and bann apye to young public, and they presented it in several music schools in Haiti, in collaboration with the School of Music of Sainte Trinité. In 2015, they presented a complete show with 10 musicians for the first « Rencontres des Musiques du monde » festival in Port of Prince.

The bandapye includes 18 members divided thus: one singer, two bamboos, six tin horns, 1 Haitian drum, 1 snare, 1 tom, 1 metal scraper, 1 rattle, 1 cymbal, 3 dancers. In the smaller versions of 6 or 9-10, the musicians play several instruments at the same time.