Le Rara d’Haiti prêt pour la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de l’UNESCO

Crédit photo : Andrea Ruffini

Caracoli et d’autres acteurs haïtiens engagés dans la sauvegarde du Rara se félicitent que le dossier technique en vue de l’inscription du Rara d’Haïti sur la « liste du Patrimoine Culturel Immatériel nécessitant une sauvegarde urgente » de l’UNESCO soit désormais prêt.

Cette démarche s’inscrit dans la continuation les efforts déployés depuis une dizaine d’années par l’État et d’autres parties prenantes pour sauvegarder le Rara, qui a été qualifié par l’UNESCO, en 2011, de « première tradition native d’Haïti ».

Parallèlement aux efforts continus des communautés, qui ont à réaliser cette fête annuelle, dans des conditions économiques et sociales chaque fois plus difficiles, le Ministère de la Culture et de la Communication a entrepris plusieurs actions. Dès 2004, il a, par exemple, encouragé la fondation de l’Union des Raras de Léogane (URAL), qui fédère entre les trente-deux bandes de la région et sert d’intermédiaire auprès de l’État et des autorités locales.

L’URAL a justement participé aux ateliers de renforcement des capacités communautaires portant sur la mise en œuvre locale de la Convention de 2003 de l’UNESCO, ateliers co-organisés par le Ministère de la Culture et de la Communication et l’UNESCO, en concertation avec le Bureau National d’Ethnologie (BNE) et la Commission Nationale Haïtienne de Coopération avec l’UNESCO, en 2019. Ces ateliers ont donné lieu, notamment, à la production d’un court-métrage documentaire sur le Rara de Léogane et à la réalisation d’une fiche d’inventaire dédiée.

Le Ministère de la Culture et de la Communication a également inscrit le Rara sur le Registre du Patrimoine Culturel Immatériel Haïtien en octobre 2019.

De son côté, Ref-culture a inclus cette pratique dans les manuels scolaires consacrés au Patrimoine Culturel Immatériel.

Enfin, Caracoli, qui encadre la bande à pied Follow Jah depuis plus de dix ans, a conçu et mis en œuvre plusieurs activités, parmi lesquelles un atelier pédagogique sur la musique du rara avec la bande à pied Follow Jah, présenté régulièrement dans les écoles en Haïti et à l’étranger, un atelier hebdomadaire de pratique musicale rara pour les enfants du quartier de Berthé (depuis 2016) ou encore une journée d’étude sur la musique du rara en 2014 avec l’Université d’État d’Haïti (IERAH/ISERSS) ou la publication d’un article sur le rara dans la musique haïtienne dans la revue Conjonction en 2014.

A noter que la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel offre plusieurs dispositifs complémentaires au niveau international pour soutenir la sauvegarde : en plus de la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, une Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, et un Registre des meilleures pratiques de sauvegarde.

Sur le net :

Rencontres des Musiques du Monde 2020

Cette année, en raison de la crise sanitaire mondiale qui affecte particulièrement le secteur de la culture et la mobilité internationale des artistes, les Rencontres des Musiques du Monde de Port-au-Prince 2020 proposent une édition spéciale , mi-présentielle, mi-virtuelle.

Après la réalisation d’une émission en collaboration avec le festival Krik Krak, le 21 juin passé, pour célébrer la fête de la musique en ligne, le festival offre une semaine d’activités, du 4 au 12 décembre 2020, avec entre autres des icônes haïtiens dont Beethova Obas qui nous revient avec un nouvel album « Bon bagay », BIC qui fête ses 20 ans de carrière, ou encore la danseuse et chorégraphe Kettly Noël, qui présente son spectacle phare *Je m’appelle Fanta Kaba*.

Créées en 2015, les Rencontres des Musiques du Monde, événement unique en Haïti, sont devenues un véritable carrefour réunissant des artistes de tous les horizons, artistes d’Haïti et de la diaspora, mais aussi de la Caraïbe (Cuba, Guadeloupe, République dominicaine, Ste Lucie), de l’Afrique (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, Côte d’Ivoire), de l’Europe (Allemagne, Belgique, France), ou encore de l’Amérique du Nord (Canada, Etats-Unis).

La nouvelle édition des Rencontres des Musiques du Monde a pu être réalisée grâce au soutien de nos divers partenaires, tels l’ambassade de Suisse, Wallonie Bruxelles International, l’Institut français en Haïti, la FOKAL mais aussi grâce aux collaborations avec d’autres organisations locales, dont le festival Quatre Chemins, PAPAP, les Rencontres du documentaire en Haïti, le programme média de la FOKAL et la plateforme Haitian Ladies Network.

AROCH : A la rencontre des organisations culturelles du Cap Haïtien et de Jacmel

Dans le cadre du programme AROCH – Action pour le Renforcement des Organisations Culturelles Haïtiennes – mis en oeuvre par la Fondation Haïti Jazz et Caracoli, grâce au financement de l’Union européenne, deux formations en management culturel ont été données à Cap Haïtien et à Jacmel, en collaboration avec les Alliances Françaises de ces deux villes.

Les formations portaient spécifiquement sur l’organisation d’événement culturel, qui est la priorité du programme AROCH. Elles étaient réparties en trois journées consacrées à la production d’événement culturel, à la gestion administrative et financière ainsi qu’à la communication. Ces formations ont permis d’aborder de nombreux thèmes, de partager des expériences et de transmettre des outils afin de systématiser et d’améliorer les réalisations de chaque participant en fonction de ses objectifs propres.

Un total de quarante personnes, représentant vingt-quatre institutions et organisations culturelles, ont pu bénéficier de la formation en management culturel.

A chaque fois, la dernière journée s’est terminée par une activité de réseautage réunissant une quarantaine de personnalités impliquées à un titre ou à un autre dans le secteur culturel. Les représentants d’institutions telles que les Directions départementales du Nord et du Sud-Est du Ministère de Culture et de la Communication et du Ministère du Tourisme ont côtoyé les représentants des autorités locales, Mairies de Cap Haïtien, de Jacmel et de La Vallée de Jacmel, des entreprises susceptibles de sponsoriser ou d’accueillir des activités culturelles, des responsables de media ou encore des artistes de renom ou d’autres organisations culturelles évoluant dans des domaines variés tels que la musique, la littérature et l’édition, les arts visuels et l’artisanat ou encore le spectacle vivant (danse, théâtre) ou l’audiovisuel. Mini-événement culturel à part entière, l’activité de réseautage a donné lieu à de brefs exposés sur des thèmes généraux (« Bilan du 350ème anniversaire de la ville du Cap Haïtien » par M. Emile Eyma de la Société capoise d’Histoire et « Présentation du logo de Jacmel, ville créative » par M. Jean Elie Gilles de l’Université publique du Sud-Est à Jacmel) et à la présentation des projets menés par les Alliances Françaises avec le soutien du programme AROCH, à savoir « Festival Cap en Scène « et « Jacmel Talents ». Grâce à des techniques de réseautage adaptées aux circonstances, elle a permis aux participants de se présenter et de prendre la parole, d’échanger et de débattre sur des sujets d’intérêt commun et de mieux connaître en fin de compte les différents acteurs évoluant dans le secteur culturel de leur ville.

Quatre-vingt-deux personnes représentant plus de soixante institutions et organisations basées au Cap Haïtien et à Jacmel ont une fois de plus démontré la vigueur du secteur culturel haïtien.