La bande à pied Follow Jah au festival IloJazz de Guadeloupe

followjahguadeloupe6-12 La bande à pied Follow Jah partira ce lundi 5 décembre pour la Guadeloupe afin de participer à la 7ème édition du festival IloJazz.

Prolongement de l’ancien festival « Jazz à Pointe-à-Pitre », le Festival ÎloJazz – Carrefour des musiques créoles existe depuis 2009. Il est porté par la communauté d’agglomération des Abymes, de Baie-Mahault et de Pointe-à- Pitre dans le but d’accompagner et de valoriser les pratiques des artistes professionnels guadeloupéens, tout en favorisant le développement des pratiques amateurs. Il offre la possibilité de découvrir les différentes composantes du jazz avec une scène riche, composée d’artistes américains, européens ou africains, mais aussi caribéens : Caribbean Jazz, jazz, Funk, Groove, Gospel, Jazz créole, Afrobeat, hip hop, New Soul, etc.

Cette année, parmi de nombreux artistes internationaux, le festival IloJazz invite la bande à pied Follow Jah pour assurer le défilé du centre de Pointe-à-Pitre (place de la Victoire) aux Quartiers Sud-Est parallèlement à la soirée Karabé Akoustik Jazz au Mémorial ACTe, le mardi 6 décembre.

Le lendemain, les musiciens rencontreront des élèves des écoles de Pointe-à-Pitre en partenariat avec le Réseau Lecture publique et Multimédia de Cap Excellence.

Enfin, ce court séjour en Guadeloupe sera également l’occasion de rencontrer des groupes de Carnaval et d’autres artistes locaux.

Sur le net:
– Icihaiti.com: Follow Jah à l’honneur au festival IloJazz
– Le Nouvelliste: Follow Jah à la 8e édition du festival Îlojazz

Le programme pour jeunes guitaristes Frantz Casséus accueille le guitariste cubain Joe Ott

img_8080 Pour la seconde fois, le programme pour jeunes guitaristes Frantz Casséus accueille ce mois-ci le guitariste cubain Joe Ott. Sa visite a lieu dans le cadre d’un échange avec le bureau du maître cubain Léo Brouwer dans le but de renforcer les capacités des professeurs du programme pour jeunes guitaristes Frantz Casséus. Ceux-ci ont à leur tour la responsabilité d’enseigner la guitare classique à la quarantaine de jeunes bénéficiaires du programme mis en œuvre en collaboration avec l’école de musique Sainte Trinité.
Né en 1986 à la Havane, Joe Ott est guitariste, compositeur, chercheur et promoteur culturel, licencié de l’Université des Arts de La Havane depuis 2009. Il développe une double carrière en tant que soliste et interprète de musique de chambre. Il a débuté, en 2004, comme directeur de l’ensemble de musique ancienne Cantiga Armónica. Puis, il a œuvré au sein de l’orchestre de guitares Sonantas Habaneras avant de fonder le quartet de guitares Kithara et le Duo Espiral avec la flûtiste Helen González.
En parallèle, Joe Ott enseigne la guitare depuis 2004, à l’Ecole Nationale des Arts de Cuba, mais aussi à l’Université de Musique et de Danse de Monterrey (Mexique) ou encore au Conservatoire Constantino Mendoza Moreira de Portoviejo (Equateur).
Recommandé par le bureau du maître Léo Brouwer (guitariste et compositeur cubain, reconnu mondialement), Joe Ott a réalisé un premier atelier avec les deux professeurs du programme pour jeunes guitaristes Frantz Casséus (Emmanuel Valcin et Souvenance Merzier), auxquels s’étaient joints deux des étudiants les plus avancés (Michel Andeles et Roudolph Similien). Du 12 au 19 octobre passés, ils ont travaillé ensemble les techniques de base de la guitare (arpèges, accords, coordination, liaisons) ainsi que différentes pièces classiques, populaires et de leur propre composition.
Ils reprendront ce travail commun du 2 au 9 novembre. Une troisième rencontre est prévue d’ici la fin de l’année 2016.
Le programme pour jeunes guitaristes Frantz Casséus a été fondé en 2011 à l’initiative du guitariste américain Marc Ribot, élève et ami de Frantz Casséus. Il est supporté par l’école de musique Sainte Trinité, la compagnie Haitiana Music, les levées de fonds réalisées par Marc Ribot, et la contribution des compagnies D’Addario et Albert Augustine LTD pour le matériel. Coordonné par Caracoli, il bénéfice également de l’expertise du guitariste italien Marco Cappelli.

Plus d’informations :
– Joe Ott : http://www.joe-ott.com/joeott-biografia
– Ecole de musique Sainte Trinité : http://saintetrinitemusique.wixsite.com/saintetrinitemusique/programme-guitare-frantz-casseus
– Caracoli : http://caracoli-haiti.com/category/frantz-casseus/

Photo : Joe Ott en compagnie des professeurs Emmanuel Valcin et Souvenance Merzier et des étudiants Michel Andeles et Roudolph Similien

Sur le net :
– IciHaiti : Le guitariste cubain Joe Ott en Haïti
– IciHaiti : The Cuban guitarist Joe Ott in Haiti

Participez à l’enquête sur l’industrie haïtienne de la musique!

AM-UNESCO L’enquête inclue dans le projet de « cartographie de l’industrie haïtienne de la musique » mis en oeuvre par Ayiti Mizik avec le soutien de l’UNESCO propose de recenser les acteurs de l’industrie haïtienne de la musique, en Haïti et dans la diaspora, et de faire valoir leur contribution à l’économie du pays.
Musicien(ne)s, chanteur(se)s, auteurs, compositeurs, ingénieurs du son, animateurs radio-télé, DJ, managers, promoteurs, agents, manutentionnaires, etc… Cette enquête vous concerne! Vos réponses à ces questions sont essentielles pour démontrer la force et la vigueur de l’industrie haïtienne de la musique.
Cliquez sur ICI et répondez au questionnaire jusqu’au bout.

Ayiti Mizik lance le projet de « cartographie de l’industrie haïtienne de la musique »

Ayiti Mizik logo couleurlogo diversité L’ASSOCIATION AYITI MIZIK LANCE LA « CARTOGRAPHIE DE L’INDUSTRIE HAÏTIENNE DE LA MUSIQUE », AVEC LE SOUTIEN DU FONDS INTERNATIONAL POUR LA DIVERSITE CULTURELLE DE L’UNESCO
C’est la première fois qu’Haïti remporte l’appel à propositions du Fonds International pour la Diversité culturelle de l’UNESCO à travers l’association Ayiti Mizik et son projet de « cartographie de l’industrie haïtienne de la musique ».

Depuis sa fondation, en 2010, Ayiti Mizik a cherché de manière continue à entreprendre une telle étude socio-économique du secteur musical haïtien. « Ayiti Mizik a pour objet de promouvoir, développer et défendre les intérêts de l’industrie de la musique Haïtienne. Or pour bien se défendre, il faut commencer par connaître ses atouts, ses faiblesses, ses défis et surtout ses perspectives et son poids dans l’économie. » explique Milena Sandler, vice-présidente de l’association.

De plus, il a été prouvé que les pays ayant réalisé ce type d’étude socio-économique ont vu augmenter de façon significative les investissements nationaux et internationaux dans les secteurs concernés.

Le projet mené par Ayiti Mizik permettra donc au secteur musical haïtien de se doter d’une étude d’impact nécessaire à son développement. L’étude cartographique renforcera le secteur de la musique en le dotant de données chiffrées, tout en garantissant la concertation des acteurs concernés, suivant les recommandations formulées lors des Assises Nationales de la Culture de 2011. Elle pourra constituer également le point de départ pour l’élaboration d’une politique culturelle pour ce secteur, et avoir un effet incitatif et multiplicateur pour les autres secteurs culturels haïtiens.

Parallèlement à une campagne de mobilisation du secteur, une enquête de terrain, associée à des réunions de concertation et des questionnaires en ligne, sera réalisée auprès des acteurs concernés dans l’ensemble du territoire national et dans la diaspora avec le soutien de partenaires-clefs tels que le Ministère de la Culture, Le Ministère du Tourisme et des Industries créatives, le Centre de Facilitation des Investissements (du Ministère du Commerce), l’Institut Français et le réseau des Alliances Françaises en Haïti, Le Nouvelliste, ainsi que l’Ambassade de Suisse en Haïti.

Pour Pascale Jaunay, expert musique du projet : « La taille du secteur de la musique est estimée à plus d’un tiers du secteur culturel dans son ensemble et son rayonnement embrasse des expressions très diverses fortement inspirées par des savoirs traditionnels. Il génère une économie importante reposant sur un marché potentiel de plus de 10 millions de personnes auxquels s’ajoutent les 2 millions d’Haïtiens de la diaspora. Toutefois le caractère très informel de cette économie limite grandement son développement. »

L’enquête de terrain, associée à des réunions de concertation et des questionnaires en ligne, sera réalisée durant la période estivale (août-septembre) par la compagnie Ayiti Nexus.

Le projet est réalisé avec le soutien des partenaires suivants : Institut Français en Haïti, Alliances françaises en Haïti, Le Nouvelliste, Télé Métropole, RTNH

Le comité de pilotage est aussi composé de : Ministère de la Culture, Ministère du Tourisme, UNESCO Commission locale, Coopération suisse, CFI, CCIH

Pour information complémentaire / si vous souhaitez participer à l’enquête, contactez :
info@ayitimizik.ht
tel: +509/3699-2419 / +509/2813-1143.

Sur le net:
– UNESCO : Cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Le Nouvelliste: Ayiti Mizik pour une cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Le Nouvelliste: Pour une cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Loop : « Ayiti Mizik » veut cartographier la musique haïtienne
– Signal FM: Vers une cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Haiti Libre: Vers une cartographie de l’industrie haïtienne de la musique
– Le National:

Bientôt une cartographie de l’industrie haïtienne de la musique

Le guitariste Amos Coulanges en Haïti

Amos photo Reconnu comme l’un des meilleurs guitaristes de sa génération, Amos Coulanges sera en Haïti pendant le mois de juillet, pour deux concerts et un atelier à la FOKAL.
Amos Coulanges est né en 1954 à Port-au-Prince. Il s’est consacré entièrement à l’étude de la musique à partir de 1976, après avoir été salué comme la révélation du Festival de Guitare de la Martinique et avoir enregistré un premier album intitulé Musique Haïtienne pour Guitare. Il a étudié au Canada (où il est diplômé Bachelor of Art), puis dans les académies européennes : Sienne (Italie) avec Oscar Ghiglia, et Paris avec Javier Quevedo à l’Ecole Normale de Musique. Il a obtenu également un D.E.A. (Diplôme d’Études Approfondies) en musicologie en 1987, puis, en 1992, le Diplôme d’Etat de Professeur de Musique, option Guitare, qui confirme ses aptitudes pédagogiques.
Il a enseigné la musique tout en menant une carrière remarquable de concertiste à Paris, mais aussi dans le monde entier (Belgique, Canada, Cuba, Etats-Unis, Haïti, Jamaïque, Japon, Turquie).
Il a remporté le premier prix de composition au 7e Carrefour Mondial de la Guitare en 1986, puis une Médaille d’or en guitare classique au Conservatoire de Saint Germain en Laye (France), en 1989.
Passionné par toutes les expressions musicales, Amos Coulanges a également créé en 1989, le groupe vocal Shoublak, puis l’ensemble vocal Karikanzo, en 1995, afin de mener une recherche spécifique sur les polyphonies vocales de la Caraïbe. Enfin, il a composé des musiques pour le cinéma (L’Homme sur les Quais, de Raoul Peck et les documentaires de Guy Deslauriers, Passage du Milieu, Biguine, Aliker).
Ses œuvres marient avec bonheur, élégance et raffinement, les thèmes populaires d’inspiration latino-américaine et la musique savante européenne. Elles le placent dans la galerie des plus grands compositeurs pour guitare tels que F. Tarrega, H. Villa-Lobos, Léo Brouwer, M. Ponce, etc.
Dans le cadre des activités programmées pour la célébration du vingtième anniversaire de la Bibliothèque Monique Calixte, FOKAL accueillera deux concerts de Amos Coulanges les lundi 18 et lundi 25 juillet à 6hpm (entrée sur invitation à retirer à l’accueil à partir du mardi 12 juillet).
Parallèlement, un atelier de guitare classique aura lieu le jeudi 21 juillet de 10ham à 1hpm.

Plus de renseignements sur le site de la FOKAL

Sur le net:
– Haïtiinfoplus.com : FOKAL: Amos Coulanges en concert les 18 et 25 juillet
– Metropolehaiti.com : Le guitariste Amos Coulanges en concert
– Loop : Le guitariste Amos Coulanges sera en concert
– Haïti Libre : Le guitariste haïtien Amos Coulanges en concert en Haïti
Le grand guitariste haïtien Amos Coulanges séjourne à Port-au-PrinceAlterpresse : Le grand guitariste haïtien Amos Coulanges séjourne à Port-au-Prince
– Le Nouvelliste : Amos Coulanges en spectacle à la FOKAL
– Le Nouvelliste / Lakay weekly : Amos Coulanges to perform in Haiti
– Le Nouvelliste : Amos Coulanges au rendez-vous avec les mélomanes
– Le Nouvelliste : Amos le Magnifique
– Alterpresse: En Haïti, un patrimoine musical à sauver : Cri d’alarme du célèbre guitariste Amos Coulanges
– Le National:

Amos Coulanges, ce colosse de la guitare classique


– Alterpresse:

Ayiti Mizik lance le projet de cartographie de l’industrie haïtienne de la musique

Ayiti Mizik logo couleurL’association Ayiti Mizik lance la première « CARTOGRAPHIE DE L’INDUSTRIE HAÏTIENNE DE LA MUSIQUE » avec le soutien de l’UNESCO. Ce projet propose au secteur musical haïtien de se doter d’une étude d’impact nécessaire à son développement.
Musicien(ne)s, chanteur(se)s, auteurs, compositeurs, ingénieurs du son, animateurs radio-télé, DJ, managers, promoteurs, agents, manutentionnaires, etc… Cette enquête vous concerne! Vos réponses à nos questions sont essentielles pour faire valoir l’importance du secteur de la musique. Faites-nous part de vos coordonnées (téléphone ou email) et vous serez contacté pour participer à l’étude.
Cette enquête de terrain, associée à des réunions de concertation et des questionnaires en ligne, sera réalisée durant la période estivale (août / septembre) auprès des acteurs du secteur de la musique dans l’ensemble du territoire national et dans la diaspora, dans le but de mesurer la dimension économique et sociale de l’industrie musicale haïtienne.
Contact: info@ayitimizik.ht / +509-2813-1143.

Rencontres des Musiques du Monde – samedi 25 juin

affiche 11x17 po quadri logosAprès avoir étudié la composition à l’Université de Michigan, Daniel Bernard Roumain a fait ses débuts au Carnegie Hall (2000) avec l’American Composers Orchestra. Depuis lors, il est connu pour le son spécifique de son violon, infusé par une myriade d’influences de musiques électroniques et urbaines. Le travail de DBR en tant que compositeur et violoniste a été ainsi acclamé par des artistes vénérables et des institutions dans le monde entier. Prouvant qu’il est « aussi omnivore et aussi contemporain qu’un artiste peut l’être » (New York Times), Daniel Bernard Roumain est peut-être le seul compositeur dont les collaborations rapprochent les univers de Philip Glass, Bill T. Jones, Savion Glover et Lady Gaga.

Richard Barbot : basse
Yayoi Ikawa : piano
Daniel Bernard Roumain (DBR) : violon
Emmanuel Jean-Baptiste : batterie

Atelier-rencontre le samedi 25 juin à l’Ecole de musique Ste Trinité de 9hAM à 11hAM

Concert FOKAL + Erol Josué & Fla Vodou
Vendredi 24 juin à 6hPM

Concert Institut Français en Haïti
Samedi 25 juin à 7hPM

Rencontres des Musiques du Monde – vendredi 24 juin

affiche 11x17 po quadri logosErol Josué, ambassadeur et défenseur du patrimoine immatériel haïtien, nous présente son nouveau spectacle « Kandjanhoun, une mise en valeur du répertoire Vodou Haïtien ». Le Kandjanhoun est la mise en scène d’une cérémonie Vodou qui tient compte de sa double dimension, sacrée et profane à la fois. Il embrasse la vision du monde des vodouisants : il est un moment festif où l’on célèbre la vie, tout en réglant son compte avec son quotidien.

Erol Josué est accompagné de Fla Vodou, un ensemble de femmes houndjenikon dans le Vodou haïtien. Ces cheffes de chœurs ou reines chanterelles comme on les appelle, sont les gardiennes d’un héritage ancestral : les chants sacrés du Vodou, archives vivantes de la société haïtienne et de l’histoire de l’être haïtien.

Avec le spectacle Kandjanhoun, Erol Josué et Fla Vodou chantent leurs vies, laissent parler leurs âmes et crient leur rage loin de l’exhibition et du sensationnel.

Concert FOKAL + Daniel Bernard Roumain
Vendredi 24 juin à 6hPM

Rencontres des Musiques du Monde – jeudi 23 juin

affiche 11x17 po quadri logosÉvoquez Au p’tit bonheur, et les premières notes d’accordéon annoncent l’arrivée de « J’veux du soleil », le titre emblématique qui a mis le groupe sur le devant de la scène musicale au début des années 90. Extrait du premier album Mal de vivre, vendu à plus de 100 000 exemplaires, ce titre phare est devenu au fil du temps, une sorte d’hymne à la joie, connu de toutes les générations.

Mais réduire Au p’tit bonheur à cette seule chanson serait aller un peu vite en besogne. Quiconque prend la peine d’écouter les paroles écrites et chantées par Jamel Laroussi, leader du groupe mais aussi auteur et compositeur se rend compte que le propos va bien au-delà des apparences festives.

Tournée dans les Alliances Françaises :
Lundi 20 juin à l’Alliance Française des Gonaïves
Mardi 21 juin à l’Alliance Française du Cap Haïtien
Vendredi 24 juin à l’Alliance Française de Jérémie
Samedi 25 juin à l’Alliance Française des Cayes
Lundi 27 juin à à l’Alliance Française de Jacmel

Concert Institut Français en Haïti
jeudi 23 juin à 7hPM

Rencontres des Musiques du Monde – mercredi 22 juin

affiche 11x17 po quadri logosAujourd’hui considérée comme une des artistes le plus créatives de la République Dominicaine, Xiomara Fortuna a commencé sa carrière à la fin des années 70 en composant et interprétant des chansons à caractère social. Pionnière, elle s’est intéressée particulièrement aux rythmes et aux musiques rituelles des Afro-dominicains qui ont inspiré ses créations. Enfin, elle s’est passionnée pour le jazz. Sa musique est donc le produit de ses trois tendances qu’elle associe avec un talent sans pareil qui lui vaut le nom de « La Reine de la Fusion ». Xiomara Fortuna sera accompagnée du guitariste Kike Saavedra.
Xiomara Fortuna : chant
Kiki Saavedra : guitare

Concert Institut Français en Haïti + Habib Koite
Mardi 21 juin à 7hPM

Concert FOKAL + Pierre Vaiana & Tamara Suffren
Mercredi 22 juin à 6hPM