Appel à candidatures pour la formation en management culturel – Jacmel

JACMEL – 15 / 18 FÉVRIER 2022

Contexte

Le programme AROCH (Action pour le Renforcement des Organisations Culturelles Haïtiennes), mis en œuvre par la Fondation Haïti Jazz en collaboration avec l’association Caracoli et financé par l’Union européenne, vise à renforcer les organisations culturelles haïtiennes dans leurs capacités à produire des événements culturels, grâce à plusieurs dispositifs, dont les formations en gestion culturelle.

Pour l’année 2021-2022, grâce au support de l’Ambassade de Suisse en Haïti, à travers le projet de « Contribution à la formation des acteurs culturels haïtien », les formations en gestion culturelle se tiendront dans 3 villes : Jacmel, Cayes, Cap Haïtien.

Critères d’éligibilité des candidats

Le présent appel à candidatures s’adresse à des opérateurs culturels (membres d’associations culturelles, organisateurs d’événements culturels, responsables de services culturels ou animateurs culturels, etc.), qui doivent démontrer au moins deux ans d’exercice dans le secteur culturel. 

Les places sont limitées à 15 personnes par séance.

Modalités d’inscription et d’admission

Le(a) candidat(e) doit remplir le formulaire d’inscription ci-joint et l’envoyer à l’adresse contact@caracoli-haiti.com accompagné d’un CV et d’une lettre de recommandation d’une organisation culturelle reconnue, avant le mercredi 2 février 2022.

Les places reviennent en priorité aux bénéficiaires du programmes AROCH et aux organisations associées, aux professionnels recommandés par eux et par l’Ambassade de Suisse en Haïti.

Les candidats sélectionnés recevront un courrier de confirmation avec les détails de la formation.

Télécharger le formulaire d’inscription

Dates et lieu de la formation :

Du mardi 15 au vendredi 18 février 2022

Centre culturel Maurice Cadet, 80, Rue Alcius Charmant Jacmel

PROGRAMME DE LA FORMATION

La formation s’appuie principalement sur les connaissances de terrain des opérateurs, afin de développer leurs compétences et d’optimiser leurs résultats.

Trois journées et demi de formation théorique sont données, à partir d’un manuel didactique (produit dans le cadre du programme AROCH), menée par 2 intervenants locaux, sur les sujets suivants :

  • Organisation : planification, contrats et autorisations légales, logistique, régie générale, etc.
  • Gestion : budget, recherche de financement, rapport, etc.
  • Communication : publicité, promotion, relations de presse, nouvelles technologies, produits dérivés, etc.
  • Constitution de réseau : séance de réseautage avec des professionnels et responsables institutionnels locaux et nationaux (représentants du Ministère de la Culture et de la Communication, Autorités locales, institutions culturelles de référence, etc.).

Cette formation en management culturel bénéficie du support du programme AROCH financé par l’Union européenne, de l’Ambassade de Suisse en Haïti et du Centre culturel Maurice Cadet.

Rencontres des Musiques du Monde : Spécial Haïti-Bénin

Confronté aux aléas de l’actualité locale et internationale, le festival « Rencontres des Musiques du Monde » se réinvente en proposant une édition « Spécial Haïti-Bénin », du 25 janvier au 1er février 2022.

Dans un premier temps, en lieu et place de l’édition qui aurait dû se dérouler en juin 2021, le festival a réalisé une émission en ligne, intitulée “D’un toit à l’autre”. Les concerts en présentiel ont été reportés au début du mois de décembre 2021. Malheureusement, à cette date, la situation dans la capitale haïtienne n’a pas permis de garantir la réalisation des activités dans les conditions suffisantes pour les artistes, les équipes et le public. 

Le festival a donc choisi de se réinventer une fois de plus en proposant une résidence de création basée sur la rencontre des artistes Donaldzie (Haïti) et Teriba (Bénin). La résidence permet ainsi de maintenir l’esprit du festival et de la « rencontre », en croisant des artistes qui étaient initialement programmés en présentiel. Dans un moment où la vie culturelle est considérablement réduite à Port-au-Prince, elle permet également de les maintenir actifs et de leur offrir l’occasion de se concentrer sur leur création. Enfin, elle offre la possibilité de se projeter dans le futur, dans la mesure où ces créations sont des formes légères qui pourront être présentées non seulement lors de nos prochaines éditions du festival « Rencontres des Musiques du Monde » mais aussi à l’occasion de grands rendez-vous régionaux et internationaux programmés par des partenaires de notre réseau.

Le programme des activités de cette édition « Spécial Haïti-Bénin » des Rencontres des Musiques du Monde sera constitué de la sorte :

  • Résidence de création Donaldzie Théodore / Teriba du 26 au 30 janvier 2022
  • Concert à la Maison Dufort, en partenariat avec le Centre d’Art, dans le cadre de l’expostion « Vives », le samedi 29 janvier à 4PM (gratuit dans la limite des places disponibles)
  • Atelier percussion ouvert aux femmes percussionnistes avec Teriba, dans les locaux de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Peguyville, le lundi 31 janvier (renseignements / inscription : 38 28 84 42)

Donaldzie Théodore

Jeune chanteuse et pianiste, Donaldzie Théodore  a partagé la scène avec Emeline Michel dans  un live réalisé en mars passé, à l’occasion de la journée des Droits des Femmes. 

https://lenouvelliste.com/article/219635/donaldzie-theodore-et-son-piano-une-lune-de-miel-sans-fin

Teriba

« Teriba » signifie « humilité » en yoruba. Les soeuurs « Teriba » ont été révélées par leur premier album Gan Na Ho, paru en 2006. A travers leurs créations, elles ont à cœur de valoriser le patrimoine culturel béninois, par le biais de musiques et d’instruments traditionnels, tels que le massé, le tchink ou encore le tambour bemdré. 

https://musique.rfi.fr/actu-musique/musique-africaine/20121213-trio-teriba-benin-akpe

Dialogue Culturel Binational: première activité clôturée avec succès!

San Cristobal le 9 janvier 2022 : Cinq magnifiques marionnettes portées ont été achevées lors de la résidence artistique binationale menée du 5 au 9 janvier par deux artistes d’Hispaniola – Luis Rivas, de la République dominicaine, et Louvenson Saint Juste, d’Haïti qui ont, ensemble, exploré les moyens novateurs de célébrer les Carnavals séculaires des deux pays.

Cette résidence artistique, qui a réuni un groupe de dix jeunes artistes dans le parc Radhamès de la ville dominicaine de San Cristobal, était la première activité du projet « Dialogue culturel binational / Diálogo cultural binacional »,  conçu et mis en oeuvre par la Fondation Haïti Jazz et l’association Caracoli pour renforcer la collaboration binationale dans le domaine de la culture et de la presse. Ce projet fait partie du Programme de Coopération binational Convivencia, financé par l’Union européenne pour renforcer les connaissances mutuelles et la coopération binationale entre la République d’Haïti et la République dominicaine.

Les deux artistes ont échangé leurs savoirs et leurs approches pour intégrer des matériaux recyclés dans leurs masques et costumes de Carnaval, pour un résultat haut en couleur et qui constitue également une déclaration forte sur la nécessité d’une plus grande durabilité et d’une meilleure protection des ressources environnementales des îles des Caraïbes. 

Les participants aux ateliers de création ont utilisé des sacs en plastique, des bouteilles, du verre, des textiles et du métal, et autres déchets, pour créer de magnifiques marionnettes qui seront ensuite exposées lors des défilés de Carnaval à Jacmel, en Haïti, et à Saint-Domingue, en République Dominicaine. 

Cet atelier culturel binational constitue une première expérience de cette « saison culturelle » binationale, destinée à mettre en lumière les riches héritages culturels et artistiques des deux nations et jeter des ponts par le biais de l’art, du Carnaval et d’un amour partagé pour l’île qui leur sert de foyer. Presqu’autant de femmes que d’hommes ont pris part à la confection de ces cinq magnifiques marionnettes de carnaval, chacune d’elles étant le produit d’un travail collectif entre Haïtiens et Dominicains, sous l’égide de l’artiste dominicain Luis Rivas, qui accueillait dans sa ville natale Louvenson Saint Juste artiste haïtien. 

« Encore bravo à vous tous artistes en herbe et confirmés d’avoir participé à ce projet collaboratif, car c’est surtout par ce type de projet que la compréhension mutuelle entre les citoyens de nos 2 pays peut se concrétiser » se félicitait Milena Sandler directrice de la Fondation Haïti Jazz à la clôture de l’atelier après un petit défilé de présentation. 

Ces marionnettes chatoyantes et qui font honneur au recyclage et aux talents créatifs de l’île seront portées par leurs créateurs lors des défilés carnavalesques de Jacmel (20 février) et Santo Domingo (dates).

Les événements de restitution donneront lieu en mars prochain à des rencontres professionnelles entre membres des comités de Carnaval des 2 villes, et à la projection d’un documentaire de 12 mn qui retrace les 5 jours de la résidence. 

A propos de :

 Dialogue Culturel Binational

Dans le cadre des actions de l’Union européenne visant à renforcer les connaissances mutuelles et la coopération binationale entre la République d’Haïti et la République dominicaine, le projet « Dialogue culturel binational / Diálogo cultural binacional est mis en oeuvre par la Fondation Haïti Jazz et l’association Caracoli, et a pour mission de renforcer la collaboration binationale dans le domaine de la culture et de la presse, en facilitant la compréhension mutuelle entre acteurs des deux pays. 

Des organisations culturelles de la ville des Cayes réunies pour une formation en management culturel

Financé par l’Ambassade de Suisse en Haïti, le projet de «  Contribution à la formation des acteurs culturels haïtiens », complète le programme AROCH (Action pour le Renforcement des Organisations Culturelles Haïtiennes), en proposant que les formations en management culturel réalisées par Caracoli soient étendues à une troisième ville du pays, en plus du Cap et de Jacmel : les Cayes.

Du mardi 14 décembre au vendredi 17 décembre 2021, l’équipe des formateurs de Caracoli, composée de Gary Lubin et Pascale Jaunay, a partagé une semaine avec des opérateurs de la ville de Cayes, identifiés sur appel à candidatures.

33 candidatures ont été reçues, parmi lesquelles une quinzaine de personnes ont été sélectionnées, représentant 13 organisations culturelles.

Les organisations présentes étaient les suivantes :

  • American University of the Caribbean
  • Association des Ecoles de Danse des Cayes (ADEC)
  • Association des Jeunes Penseurs pour l’Evolution (AJPE)
  • Association pour la promotion de la Paix par les Arts (APPARTS)
  • Bag’art
  • Club de Débat et de Recherche Scientifique (CDERS)
  • Dop Louis Cours de Musique
  • Groupe transcendance
  • Institut de Promotion du Développement, de l’Education et de la Culture (IPDEC)
  • Kay Arts
  • Koral Kè Wosiyol
  • New Fashion Agency
  • Nouvelle Performance école de chant

Pendant trois jours et demi, dans les locaux généreusement mis à disposition par la Direction Départementale Agricole du Sud (DDAS), les formateurs et participants ont échangé sur les fondamentaux de l’organisation d’événement culturel, à savoir, la production, la gestion et la communication.

La dernière demi-journée a donné lieu à la co-organisation d’une activité de réseautage en présence de personnes invitées par les participants, parmi lesquelles la Mairesse de la commune des Cayes, Mme Marie Michèle Sylvie Rameau. Dans son allocution finale, celle-ci a salué le dynamisme des organisations culturelles du Sud et a rappelé le potentiel économique de ce secteur.

La formation en management culturel a été rendue possible grâce à l’Ambassade de Suisse en Haïti et au support du programme AROCH, financé par l’Union européenne, de la compagnie Sunrise Airways et de la DDAS (Direction Départementale Agricole du Sud).

« Dialogue culturel binational »: Renforcer la collaboration binationale par la culture

Port-au-Prince, le 16 décembre 2021 : Dans le cadre des actions de l’Union européenne visant à renforcer les connaissances mutuelles et la coopération binationale entre la République d’Haïti et la République dominicaine, est lancé le projet « Dialogue culturel binational / Diálogo cultural binacional ». Conçu et mis en oeuvre par la Fondation Haïti Jazz et l’association Caracoli, il a pour mission de renforcer la collaboration binationale dans le domaine de la culture et de la presse, en facilitant la compréhension mutuelle entre acteurs des deux pays. 

Les institutions des deux pays sont impliquées dans ce programme soutenu par l’Union européenne : les Ministères de la Culture, les Ministères des Affaires Etrangères des deux pays, à travers leurs services culturels et/ou leurs représentations diplomatiques, et la sous-commission « Culture, Jeunesse et Sports » de la Commission Mixte Haïtiano-Dominicaine (CMHD).

Le projet se présente sous la forme d’une « saison culturelle haïtiano-dominicaine », impliquant des artistes de différentes disciplines (arts plastiques, street art, musique etc.), porteurs de tradition (carnaval, rara, gastronomie…), responsables d’organisations et professionnels de la culture. Ainsi, 11 événements culturels majeurs des deux pays accueilleront rencontres et échanges culturels et artistiques. Ces événements sont des événements nationaux, réalisés dans différentes villes des deux pays et portés par des organisations culturelles bien établies.

L’objectif est de mieux faire connaître le pays frontalier à l’ensemble des professionnels invités à collaborer dans les activités, à la presse et au public en général. La production de documentations photographiques et audiovisuelles pour chaque activité culturelle, y compris un documentaire sur la résidence artistique autour du Carnaval sur la thématique du recyclage et la création d’une base de données des acteurs culturels témoigneront de la concrétisation du projet pendant toute sa durée.

Les résultats : 24 artistes haïtiens et dominicains ont été identifiés par les demandeurs et coordonnateurs et programmés dans les événements, en accord avec les organisations réceptrices. Le projet qui s’étend sur 18 mois, jusqu’en janvier 2023, concerne au moins 100 professionnels haïtiens et dominicains de la culture, dont 16 participeront à un échange dans le pays voisin. 

Relier les médias et les journalistes des deux pays fait également partie des objectifs de ce projet qui s’intéresse particulièrement aux moyens qui pourraient améliorer le partage des informations et les échanges entre la presse haïtienne et la presse dominicaine. Les journalistes intéressés à développer cette relation peuvent se mettre en contact avec le projet qui appuie d’ores et déjà le Comité Conjoint Binational, créé en 2016, et qui participera à l’organisation de plusieurs forums d’échange durant les prochains 12 mois, l’un des objectif étant de jeter les bases d’une plateforme numérique d’échanges d’informations binationales. 

Le dossier de presse bilingue joint à ce communiqué contient les informations essentielles pour visualiser l’ensemble du programme. Les réseaux sociaux et le site web bilingue le complèteront au fur et à mesure et permettront une actualisation en temps réel sur les différentes activités et leur calendrier.

Le contexte particulier dans lequel le projet a démarré depuis le mois d’août implique une grande souplesse dans les planifications et les activités. Un premier rendez-vous devrait être organisé autour des œuvres produites lors de la première résidence qui aura lieu à San Cristobal (RD) en janvier 2022, avec les deux artistes qui collaborent déjà depuis plusieurs semaines sur leur projets. 

Rendez-vous sur le site pour plus d’information.  http://dialogueculturelbinational.com/

A propos de :

Fondation Haiti Jazz: organisation privée à but non lucratif basée à Port-au-Prince (Haïti), la Fondation Haïti Jazz se consacre à élever le niveau de l’industrie musicale haïtienne en utilisant la musique de jazz comme outil. Elle donne accès à des formations musicales et techniques professionnelles continues, soutient l’éducation musicale, accompagne le développement de jeunes professionnel(le)s en leur offrant diverses plateformes de visibilité et d’emploi, promeut des activités musicales, préserve le patrimoine musical haïtien, sert de canal pour la diffusion, l’évolution et la promotion du jazz kreyòl en Haïti et à l’étranger et organise chaque année le Festival International de Jazz de Port-au-Prince (PAPJAZZ)

Caracoli : Fondée à Port-au-Prince, l’association Caracoli travaille principalement dans le secteur musical, à la fois dans la représentation, la formation et la recherche. Elle a organisé plus de cent cinquante concerts à l’étranger, en Europe, en Amérique du Nord et dans la Caraïbe, notamment à Saint Domingue lors du premier festival des pays ACP en 2006. Elle collabore avec la Fondation Haïti Jazz pour renforcer les organisations culturelles haïtiennes à travers le programme AROCH, et avec l’association Tamise pour la programmation du festival Rencontres des Musiques du Monde. D’autre part, elle encadre la bande à pied Follow Jah depuis une dizaine d’années et mène des recherches appliquées autour du Rara en Haïti.

Dans la presse :

« Rara jodi a e demen » : restitution du dimanche 12 décembre 2021

Restitution du projet « Rara jodi a e demen » dans les locaux de l’école Institution de formation intégrale, à Berthé, le dimanche 12 décembre 2021,en présence de Pascale Jaunay, Jean Sergo Louis, Gahri Lubin, Phalonne Pierre Louis, Pascal Joseph, Réginald Joseph, Mirthasia Thelemaque, Laurence Durand, Coralie Price Mars, MWEMtv, Sophia Etienne, Bande à pied Follow Jah de Pétion-ville, les participants du projet et la communauté de Berthé.

Le projet « Rara jodi a e demen » a bénéficié du soutien de la FOKAL et de l’UNFPA et de la collaboration des écoles : Collège Frères Paul, Institution Mixte de la Formation intégrale et l’Institution mixte América de Pétion-ville.

« Rara jodi a e demen » : une expérience participative pour la réappropriation du Rara

Les participants avec le professeur Jean Casimir

Depuis le début du mois de septembre, l’association Caracoli a réuni une quarantaine de jeunes du quartier de Berthé pour mettre en œuvre le projet « Rara jodi a e demen » afin de mieux comprendre ce que peut représenter le Rara pour les habitants de ce quartier de Pétion-ville.

Pour ce faire, le projet se déroule selon trois axes de travail, où les jeunes participants sont les acteurs des recherches de terrain, les organisateurs des activités culturelles et les responsables de la couverture médiatique du projet.

Un premier groupe de travail, baptisé « Chache konnen », réuni sous la responsabilité du professeur Jean Sergo Louis, mène des recherches de terrain dans le quartier, à partir d’un questionnaire sur le Rara, sur sa pratique et sa perception à travers les générations, des habitants les plus âgés aux plus jeunes.

En parallèle, le groupe de travail « Mete sou pye », dirigé par Gary Lubin, organise des séances de ciné-débat pour élargir les connaissances sur le Rara en général. La première séance a évoqué la variété des formes de Rara en Haïti, à partir de plusieurs vidéos et d’un extrait du film « Toro Lacou », présenté par son réalisateur, Pierre Michel Jean. Après avoir montré des images de Rara de l’étranger (Cuba, République dominicaine, Etats-Unis), la seconde séance a bénéficié de la participation de Elizabeth McAlister, professeur de religion à l’université Wesleyan de Middletown et auteur d’un ouvrage de référence sur le sujet Rara ! Vodou, Power and Performance in Haiti and its Diaspora. Pour replacer le Rara au sein de l’Histoire d’Haïti, la troisième séance a donné la parole au professeur Jean Casimir. Enfin, la quatrième et dernière séance a évoqué différents projets en cours autour du Rara, tels que le festival de Rara de Paillant, les expériences de KORAL dans le Sud ou encore le travail de la Commission nationale de coopération avec l’UNESCO, que Kesler Bien Aimé a détaillé devant les participants.

A chaque fois, « Imaj nou », le troisième groupe de travail, encadré par Phalonne Pierre Louis, était présent pour réaliser la couverture photographique des activités. Il produira également une exposition de photographies à partir des résultats des recherches de terrain du groupe « Chache konnen ».

La clôture du projet aura lieu le dimanche 12 décembre dans les locaux de l’Institution de formation intégrale de Berthé (Pétion-ville), à partir de 3PM, en présence des participants qui présenteront le résultat de leur travail, et des groupes Ti Follow et Follow Jah, qui assureront l’animation musicale. 

Le projet « Rara jodi a e demen » bénéficie du soutien de la FOKAL et de l’UNFPA et de la collaboration des écoles : Collège Frères Paul, Institution Mixte de la Formation intégrale et l’Institution mixte América de Pétion-ville.

Sur le net :

Muselles : « Rara jodi a e demen », pour une autre perception du Rara

Nouvèl FOKAL : Rara jodi a e demen, une expérience participative pour la réappropriation du Rara

Dernier « Dimanch pale Rara »

La quatrième et dernière séance « Dimanch pale Rara » a porté sur différents projets en cours actuellement, autour du Rara, tels que : le festival de Paillant, le travail de l’organisation KORAL avec les Rara du Sud, ou encore les démarches réalisées par la Commission nationale de coopération avec l’UNESCO. Kesler Bien Aimé, spécialiste Culture au sein de cette institution, a présenté le cadre général des conventions de l’UNESCO et le travail réalisé en Haïti pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dont le Rara fait partie.

Cette dernière séance mettait un terme au cycle de projection-débat réalisé sur le Rara dans le cadre du projet Rara jodi a e demen.

La clôture du projet aura lieu le dimanche 12 décembre prochain dans les locaux de l’Institution Mixte de la Formation intégrale, à Berthé, à partir de 3hPM.

Le projet « Rara jodi a e demen » bénéficie du soutien de la FOKAL et de l’UNFPA et de la collaboration des écoles : Collège Frères Paul, Institution Mixte de la Formation intégrale et l’Institution mixte América de Pétion-ville.

Formation en management culturel au Cap-Haïtien, 30 novembre-3 décembre 2021

Dans le cadre du programme Action pour le Renforcement des Organisations Culturelles Haïtiennes (AROCH), Caracoli a lancé, le mardi 30 novembre, une formation en management culturel à l’intention des acteurs du secteur culturel de la ville du Cap et de ses environs.

Une quinzaine de personnes, représentant onze organisations culturelles, ont répondu présent. Dynamiques, les participants ont vivement apprécié et nourri les échanges au cours desquels ils ont également partagé leurs expériences par rapport aux thèmes de cette première journée, qui portait sur la production en général, plus précisément les obligations légales de l’organisateur d’événement, la planification et la logistique.

Après une première journée portant sur les questions de production, la seconde journée de la formation en management culturel du programme AROCH au Cap-Haïtien a été consacrée à la question cruciale de la gestion financière, à la fois en termes de prévisions, de suivi et de bilan. Des exemples ont été analysés ; des outils ont été transmis et des exercices ont permis une appropriation pratique des connaissances.

Pour la troisième journée de la formation en management culturel, les discussions ont tourné autour des enjeux de la communication, que ce soit la communication événementielle, la communication interne ou la médiation culturelle qui peut permettre à chacune des organisations d’élargir son public et de mieux faire comprendre sa mission et ses objectifs.
Un temps d’exercice a été réservé à chacun des organisations en vue de la présentation publique qui sera l’objet de la dernière journée de la formation. 

Le vendredi 3 décembre 2021 a marqué la fin de la formation en management culturel proposée aux organisations culturelles évoluant dans la ville du Cap-Haïtien et ses environs.

Cette dernière demi-journée s’est déroulée dans une ambiance conviviale. A titre d’exercice, chaque participant a préparé une présentation inspirée du « pitch » (présentation éclair) très en vogue dans le monde des affaires : en moins de 5 minutes, il a synthétisé les informations importantes concernant son organisation, ses objectifs et ses activités. Le public était composé de personnes invitées par les participants, ainsi que des personnalités de la ville du Cap, tels que M. Patrick Almonor, Maire adjoint, M. Claude Martinez, responsable de l’Alliance française du Cap-Haïtien et M. Emile Eyma, directeur de la Société Capoise d’Histoire et de Protection du Patrimoine, qui a accueilli le groupe pendant trois jours.

Les organisations représentées étaient :
– Alliance française du Cap-Haïtien
– Association des Femmes Universitaires du Cap-Haïtien Nord (AFUCH)
– Atelier Ganmèl
– Autorité de Gestion du Parc National Historique-CSSR
– Boss Marcel Haïti
– Centre Impact
– Haiti Danse Art
– Kisa w fè
– Lakou Sekrè
– Mak pan ou Création / INIKK
– We are Women

Cette formation en management culturel a été rendue possible grâce au support conjoint de l’Union européenne et Ambassade de Suisse en Haïti et d’autres partenaires tels que Sunrise Airways et la Société Capoise d’Histoire et de Protection de Patrimoine (SCHPP).

Appel à candidatures pour la formation en management culturel – Cayes

CAYES – 14/17 DÉCEMBRE 2021

Contexte

Grâce au support de l’Ambassade de Suisse en Haïti, le projet de « Contribution à la formation des acteurs culturels haïtiens » propose de réaliser une formation au management culturel pour les organisations de la ville des Cayes.

Il intervient en complément du programme AROCH (Action pour le Renforcement des Organisations Culturelles Haïtiennes), mis en œuvre par la Fondation Haïti Jazz en collaboration avec l’association Caracoli, qui propose ces mêmes formations aux organisations du Cap Haïtien et de Jacmel, avec un financement de l’Union européenne.

L’opération bénéficie également du soutien de la compagnie Sunrise Airways.

Critères d’éligibilité des candidats

Le présent appel à candidatures s’adresse à des opérateurs culturels (membres d’associations culturelles, organisateurs d’événements culturels, responsables de services culturels ou animateurs culturels, etc.), qui doivent démontrer au moins deux ans d’exercice dans le secteur culturel. 

Les places sont limitées à 15 personnes.

Modalités d’inscription et d’admission

Le(a) candidat(e) doit remplir le formulaire d’inscription ci-joint et l’envoyer à l’adresse contact@caracoli-haiti.com accompagné d’un CV et d’une lettre de recommandation d’une organisation culturelle reconnue, avant le mercredi 8 décembre 2021.

Les places reviennent en priorité aux professionnels recommandés par l’Ambassade de Suisse en Haïti.

Les candidats sélectionnés recevront un courrier de confirmation avec les détails de la formation.

Télécharger le formulaire d’inscription

Dates et lieu :

14 – 17 décembre 2021 / Local à confirmer             

PROGRAMME

Les formations s’appuient principalement sur les connaissances de terrain des opérateurs, afin de développer leurs compétences et d’optimiser leurs résultats.

A partir d’un manuel didactique (produit dans le cadre du programme AROCH), trois journées et demi de formation théorique sont données par 2 intervenants locaux, sur les sujets suivants :

  • Organisation : planification, contrats et autorisations légales, logistique, régie générale, etc.
  • Gestion : budget, recherche de financement, rapport, etc.
  • Communication : publicité, promotion, relations de presse, nouvelles technologies, produits dérivés, etc.
  • Constitution de réseau : séance de réseautage avec des professionnels et responsables institutionnels locaux et nationaux (représentants du Ministère de la Culture et de la Communication, Autorités locales, institutions culturelles de référence, etc.).

Cette formation en management culturel bénéficie du support de l’Ambassade de Suisse, du programme AROCH, financé par l’Union européenne, et de la compagnie Sunrise Airways.