Archives mensuelles : juillet 2011

Orchestre Septentrional d’Haïti : « Pi Douvan »

Pi DouvanLe Grand Orchestre Septentrional porte à la connaissance de la presse, du public en général et des mélomanes en particulier que son dernier CD, produit par Mizik Depot, vient d’être mis en marché.

Cet album est le 6ème compact-disc enregistré par l’Orchestre, et quelque chose comme son 66ème disque (tout support confondu). Avec cette nouvelle livraison, chacun va trouver son compte. Les 13 morceaux de « Pi Douvan » associent une version modernisée du rythme « boule de feu », propre à l’Orchestre, et une multitude d’autres rythmes, pachanga, bossa nova ou rythmes traditionnels haïtiens (kongo, ibo). Ils démontrent à suffisance que la spécificité de l’Orchestre est bien de pouvoir interpréter une grande diversité de styles musicaux. Ils démontrent également que la jeune génération, qui a composé la plupart des titres, reste bien imprégnée de l’idéal de l’institution Septent : la quête de l’excellence.

Chacune des treize compositions – Li Gen Dwa, Pa Fèm sa, Lanmou Etèrnèl, La Nati, Pa Kwè sa, Sonje, Pi Douvan, Chanpèt Lakay, Nwèl an Nou, Mizè Fanm, Se pa fòt nou, La Capoise ou Fou de Toi – est exécutée avec une aisance brillante par une équipe de musiciens de très haut calibre. En réalité, la force tranquille-Septentrional, est actuellement à son meilleur.
Ce nouveau CD de l’Orchestre Septentrional, « Pi Douvan », réunit tous les critères qui en font incontestablement le meilleur de sa catégorie, et certainement l’un des meilleurs albums haïtiens de musique de danse du moment. Son acquisition est un ״must״ pour chaque mélomane qui se doit d’en posséder une copie originale tant pour le cachet particulier de son contenu que pour l’élégance de sa présentation.
Amis mélomanes, rendez-vous chez tous les bons disquaires pour acquérir votre exemplaire! Et suivez l’Orchestre Septentrional dans son programme estival de fêtes champêtres : « Pi Douvan »!

Merci public intelligent d’avoir compris que soutenir l’œuvre de Septentrional, l’orchestre toujours jeune qui étonne et qui séduit, c’est contribuer à l’orientation d’une nouvelle dimension qui dénote la portée internationale de la musique haïtienne.

Oyez plutôt, et vous nous en direz tant!
SEPTENT UN JOUR, SEPTENT TOUJOURS

Fait au Cap-Haitien, le 1er août 2011
Septentrionalement vôtre,
Wilfrid Tony Hyppolite, Septentologue / Pascale Jaunay / Pierre Joachim

* * * * * * * *
Tournée d’été, fêtes champêtres 2011: « Pi Douvan » :
Vendredi 5 août : Marigot
Dimanche 7 août : Port Salut
Jeudi 11 août : Marchand-Dessalines
Vendredi 12 août : Marchand-Dessalines
Dimanche 14 août : Cayes Gele
Lundi 15 août : Ouanaminthe
Mardi 16 août : Cap Haïtien Festival
Jeudi 18 août : Cariste
Mardi 23 août : Mirebalais
Mercredi 24 août : Quartier Morin
Jeudi 25 août : St Louis du Nord
Vendredi 26 août : Port-au-Prince
Samedi 27 août : Cayes
Dimanche 28 août : Léogane
Lundi 29 août : Grande Rivière du Nord
Mardi 30 août : Pilate

Sur le net:
Le Matin: Septentrional : l’album est sur les ondes
Haïti Press Network: L’Orchestre Septentrional d’Haïti sort son dernier album : « Pi Douvan »
E-karbe: Sortie de « Pi Douvan », le nouvel album de l’Orchestre Septentrional d’Haïti

Décès à Port-au-Prince du célèbre chanteur et tambourineur haïtien Azor, de son vrai nom Lenord Fortuné

AzorRadioKiskeyaDe renommée nationale et internationale, Azor a porté la musique sacrée vodou au plus haut sommet
Publié le dimanche 17 juillet 2011

Le célèbre percussionniste et chanteur haïtien Azor, de son vrai nom Lenord Fortuné, 46 ans, est décédé samedi soir à l’Hôpital Bernard Mevs à Port-au-Prince. Il avait été transporté d’urgence à cet établissement de santé en raison d’un malaise au moment où, avec son groupe « Rasin Mapou », il s’apprêtait à performer à Saut d’Eau, à l’occasion de la fête de Mont Carmel, Vierge Miracle, traditionnelle fête paroissiale et religieuse, qui attire généralement des milliers de pèlerins venus de toutes les régions du pays et de la diaspora.

L’état de santé de Azor inspirait depuis quelque temps des inquiétudes dans son entourage. L’artiste continuait malgré tout à occuper la scène partout, en Haïti comme à l’étranger.

Avant d’atteindre son apogée, Lenord Fortuné, né à Port-au-Prince le 19 juin 1965, père de deux enfants, a mis son talent extraordinaire de chanteur et de tambourineur au service de nombreuses formations musicales de styles différents, avant de se consacrer entièrement à la musique sacrée vodou. Ayant toujours affiché fièrement son appartenance à la religion populaire, il porta au zénith la musique vodou tant en Haïti qu’à l’étranger.

Au début de sa carrière musicale, Azor a évolué dans le style Compas direct au sein des groupes Shupalu Combo, SS One et Scorpio. Il devait par la suite migrer vers le folklore au sein de la Troupe Bakoulou avant de retrouver sa véritable vocation de chantre du Vodou au sein du groupe « Racine Kanga » de Jacques Maurice Fortéré dit « Wawa ». Il abandonnera enfin ce dernier au profit de sa propre formation, Rasin Mapou, qu’il fondera avec certains de ses proches et le précieux concours des Productions Louis Thermitus.

Avec plus de sept disques enregistrés, plusieurs tournées à l’étranger (dont neuf au Japon) et sa participation dans le documentaire « Haïti, cœur battant » de Carl Lafontant, Azor a conquis le monde.

La diaspora haïtienne de Miami (Floride) n’oubliera particulièrement pas de sitôt les prouesses de l’artiste et de son groupe qui n’ont jamais raté une seule édition du « Festival Rasin » réalisé pendant plus de 10 ans par le « Center for Haitian Studies » (CHS) de Miami. Le carnaval haïtien sera désormais privé de la présence de ce barde national qui a su mettre en transe des foules entières au cours des défilés.

Azor a évolué sur scène et réalisé des disques avec les musiciens haïtiens les plus célèbres. Le chanteur et compositeur Boulo Valcourt et le pianiste émérite Eddy Prophète sont de ceux qu’il a pu accompagner en Haïti comme à l’étranger, au cours de la dernière décennie de sa carrière artistique.

Au cours de ses dernières prestations, Azor a évolué avec son jeune frère « Ti Nonm »(Petit homme en français) qui, probablement, devrait lui succéder à la direction de « Rasin Mapou ».

Source : Radio Kiskeya
Sur le net :
Alterpresse (18 juillet) : Azor est mort
FOKAL : La chute d’un mapou
Haiti Libre (17 juillet) : Azor n’est plus
Le Matin (17 juillet) : Azor : un trésor national est parti
Le Nouvelliste (17 juillet) : Décès du célèbre interprète populaire de chants traditionnels
Haiti Libre (18 juillet) : Hommage de Martelly à Azor
Le Matin (18 juillet) : Azor, un patrimoine national parti pour l’au-delà
Le Nouvelliste (18 juillet) : Les tambours d’Azor se sont tus
Radio Métropole (18 juillet) : Le samba Azor est parti pour l’au-delà
Le Nouvelliste (19 juillet) : Azor vu d’un rétroviseur
Le Nouvelliste (20 juillet) : Le musicien Azor, un météore sous une pluie de tambour
– Le Nouvelliste (20 juillet) : L’effondrement d’un monument
Le Nouvelliste (20 juillet) : Funérailles nationales pour Azor
Haiti Libre (21 juillet) : Azor aura droit à des funérailles nationales
Le Nouvelliste (21 juillet): Azor, un grand maître initié pour l’éternité
Le Nouvelliste (21 juillet) : Pas de fleurs pour Azor
– Le Nouvelliste (21 juillet) : La chute d’un mapou, Azor
Le Nouvelliste (22 juillet): Cérémonial des Funérailles Nationales de M. Lénord Fortuné
Le Nouvelliste (25 juillet): Azor n’est plus
Le Nouvelliste (25 juillet): Azor, une âme immortelle
Le Nouvelliste (26 juillet): Azor ou la mort à 45 ans
Le Nouvelliste (26 juillet): Azor, sous kay la